• PROJET RÉSIDENTIEL : BELVÉDÈRE

    Typologie : penthouse au centre-ville de Montréal Date de réalisation : 2017 Clients : un couple et ses deux adolescents qui reviennent s’installer à Montréal après un séjour en Californie


    L’endroit complètement vitré et lumineux, le mont Royal en toile de fond, l’immense terrasse qui s’étend d’est en ouest et la proximité des services séduisent les futurs propriétaires. Situé dans une tour de 40 étages et terminé depuis quelques mois, l’appartement était toujours sur le béton. Construit sur la longueur, son agencement ne convenait pas aux besoins des clients qui font alors appel à l’équipe de Desjardins-Bherer. La configuration et l’aménagement sont revus afin d’intégrer trois chambres et le bureau de monsieur.

    Structurer l’espace
    Dès l’entrée, le visiteur accède au salon où règne une atmosphère conviviale. Un mur de boiseries agrémenté d’un foyer borne la pièce à l’ouest, alors qu’un autre, auquel s’accroche le téléviseur, structure l’espace au sud. Ainsi délimité, le salon perd son effet corridor et la zone de circulation s’y intègre parfaitement.

    Le grand canapé sectionnel entièrement modulaire de même que les poufs et les tables d’appoint posés sur un tapis de soie d’un bleu riche offrent une multitude de possibilités d’aménagement pour des rencontres intimes ou à plusieurs. Deux petits fauteuils pivotants bas complètent le décor.

    Travailler à la maison
    Derrière le mur du foyer se trouve le bureau du propriétaire. De larges portes coulissantes en verre fournissent la tranquillité nécessaire au travail. Des invités s’annoncent? La pièce se transforme en chambre d’amis et un rideau dissimulé dans une armoire ferme complètement l’espace, procurant ainsi l’intimité souhaitée.

    Cuisiner pour le plaisir
    La cuisine s’ouvre sur l’est et offre une vue sur les toits de la ville. Elle accueille des armoires en verre dépoli peint, des comptoirs et un dosseret en quartz qui imitent le marbre blanc ainsi qu’une hotte dessinée sur mesure. Les garde-manger dissimulés de même que les appareils d’éclairages encastrés donnent à la pièce un aspect soigné sans sacrifier à son côté pratique et fonctionnel pour les cuisiniers avertis. Prolongeant la cuisine, la salle à manger occupe l’extrémité de la grande pièce. En son centre, une table en ébène de macassar foncée s’accompagne de chaises basses de couleur cognac. Suspendue au-dessus de la table, une création de Lobmeyr faite de cristal Swarovski identique à celles qui ornent le Metropolitan Opera de New York. Transparente le jour, elle se multiplie le soir venu en projetant reflets et ombres dans la pièce.

    Dérober aux regards pour plus d’harmonie
    Partout dans l’appartement, une attention particulière a été portée au camouflage de la mécanique et à l’harmonie des lieux. Ainsi, les appareils d’éclairage encastrés – petits – forment de fins rectangles lumineux au plafond, les toiles motorisées des grandes fenêtres trouvent refuge dans des niches spécialement conçues pour les accueillir, les armoires de cuisine sont dépourvues de poignées et les cadrages de portes s’intègrent aux murs.

    Le téléviseur de la cuisine forme une unité parfaite avec les deux fours qu’il surplombe et celui de la chambre principale s’encastre dans le plafond. Quant aux plinthes électriques, elles sont recouvertes d’une pièce métallique aux découpes étudiées.

    Rien ne brise l’équilibre des lieux, rien n’encombre le regard qui se porte résolument sur l’extérieur où même les meubles de la terrasse ont été choisis pour ne pas obstruer la vue.

    Intégrer la montagne au décor et profiter saison après saison d’un paysage unique : tel était le leitmotiv de cet aménagement réussi.

    Chargée de projet : Caroline Tourigny / Photos : Adrien Williams