• PROJET RÉSIDENTIEL : RÉSIDENCE BAKER

    Typologie : Maison d’architecte des années 60. Date de réalisation : 2016 Clients : un couple de professionnels dont les enfants ont quitter le nid familial.


    La résidence à l’origine dessinée par l’architecte Joseph Baker, possède de superbes caractéristiques architecturales : de hauts plafonds, de nombreux puits de lumière et des insertions en bois de rose. Construite dans les années 1960, elle perd de son éclat au fil des ans et des travaux subis, si bien qu’en 2016, ses nouveaux propriétaires entreprennent de la rénover.

    Ils imposent deux conditions aux designers de Desjardins Bherer : conserver les beautés structurales de la résidence et créer des espaces de vie connectés dans lesquels on ait envie… de vivre.

    Des vases communicants
    Les nombreux puits de lumière laissent entrer le jour à profusion dans le hall. Vaste et accueillant, il constitue en quelque sorte le point central de cette demeure composée de pièces qui communiquent savamment entre elles. À droite, l’imposant tableau de la salle à manger attire le regard et à gauche, le foyer d’origine de la bibliothèque d’autrefois devenue chambre principale étonne. Au centre, un garde-fou mariant à merveille le bois de rose et le verre protège de l’escalier qui conduit au sous-sol, également rénové.

    Que la lumière soit!
    Les aires de vie baignent dans la lumière. Une large plateforme accueille le salon, endroit de prédilection pour relaxer, lire ou regarder la télé. Un tapis de bambou et de lin réchauffe l'atmosphère tandis que des voilages de lin habillent les immenses fenêtres qui donnent sur la rue, procurant ainsi l’intimité souhaitée sans pour autant bloquer la clarté du jour.

    À l’autre extrémité de la grande pièce, la salle de séjour qui s’ouvre sur la terrasse arrière s’avère le lieu par excellence pour prendre l’apéro, se raconter ou simplement tenir compagnie au cuisinier. Un foyer y a été aménagé pour donner vie à l’espace. Entre la salle à manger et la salle de séjour, d’immenses portes en bois de rose séparent admirablement les zones pour plus d’intimité de part et d’autre.

    La cuisine complètement ouverte prolonge la salle de séjour. Ses cabinets en laque blanche se fondent dans le décor pour mettre en scène le grand îlot en bois de rose. Le comptoir fait d’acier inoxydable brut brossé est déposé sur un détail de laiton, matériaux également utilisés pour recouvrir la niche placée entre les deux fours encastrés. Les puits de lumière restaurés et les larges baies vitrées donnant sur la cour laissent entrer la clarté du jour. Les luminaires apparents procurent un bel éclairage uniforme à la cuisine et au plan de travail.

    La chambre principale profite de beaucoup de lumière comme les autres pièces, car elle possède aussi de grandes portes vitrées qui mènent à la terrasse. Un papier peint de fibres naturelles recouvre les murs et confère à la pièce une douceur enveloppante. Les portes de la chambre se perdent dans les cloisons, créant ainsi une large ouverture qui laisse voir le foyer, tant du hall d’entrée que de la salle à manger.

    Et la lumière fut!
    La résidence Baker ainsi rénovée arbore une allure franchement moderne. Les caractéristiques architecturales si chères aux propriétaires sont mises en valeur de belles façons. L’endroit offre des aires de vie… où il fait bon vivre.

    Chargée de projet : Ingrid Savage / Photos : Adrien Williams